Panier d'achats

Votre panier est vide

Continuer de magasiner

// Maudite 𝑪𝒐𝒗𝒊𝒅-19, comment ai-je pu finalement tomber en amour avec toi? //

de Chantale Corbeil |

T’es arrivée comme un ch’veux su'a soupe pis en plus, tu t’es même pas présentée. Ton existence, j’lai sentie me serrer dans l’ventre et j’me suis mise à paniquer.
Le climat de peur s’est installé chez moi, chez mon voisin, dans ma société.
Comment t’as fait ça ? Il faudrait que tu l’enseignes à la paix pour qu’elle circule aussi vite dans ce monde. Mais toi, t'as réussi, rapidement.
Sais-tu quoi? Après 18 ans de carrière, tu m’as forcée à fermer à clé mon commerce pour une période indéterminée. J’te déteste, c’est simple! J’ai dû 𝓬𝓪𝓷𝓬𝓮𝓵𝓵𝓮𝓻 , une par une mes clientes, le nœud dans la gorge. T’avais pas le droit de m'enlever ma fierté !
T’as réussi à semer le doute dans mon esprit quant à mon avenir. Sérieux, on t’a pas appris la politesse? Ce métier-là, il coule dans mes veines. Il inspire ma vie. Il inculque la passion à mes enfants. Toi, t’as décidé de tout 𝒇𝒖𝒄𝒌𝒆𝒓, sans que j'aie un mot à dire, de déboussoler mon quotidien.
Je t’en ai voulu, pendant une grosse semaine.
𝑻𝒉𝒂𝒕'𝒔 𝒊𝒕!
Tu ne méritais plus mon attention après.
Mon positivisme a repris le dessus. J’me sentais une 𝒔𝒖𝒑𝒆𝒓𝒘𝒐𝒎𝒂𝒏, je me sentais vivante.
𝑶𝒉𝒉𝒉𝒉, 𝒘𝒂𝒕𝒄𝒉 𝒐𝒖𝒕, essaie de m’arrêter maintenant.
Sais-tu ce que j’ai réalisé par ton omniprésence?
Maintenant, chaque matin, mon présent goûte le jus de fruits fraîchement pressés. Chaque matin, mes minis reçoivent tous mes câlins avec une douceur lente!
« 𝘈𝘞𝘌𝘠𝘌, 𝘭𝘦𝘵’𝘴 𝘨𝘰, 𝘰𝘯 𝘷𝘢 ê𝘵𝘳𝘦 𝘦𝘯 𝘳𝘦𝘵𝘢𝘳𝘥! » a même fuit lors de ton arrivée. Je suis presque sexy dans mes vêtements mous! Netflix a même plus de suggestion tellement que je suis la 𝑸𝒖𝒆𝒆𝒏 du visionnement.
Mais le plus important, dans ma vie de femme d’affaires, tu as su instaurer un climat de solidarité avec mes consœurs dans le monde de la beauté. Tu m’as prouvé que j’étais une 𝒍𝒆𝒂𝒅𝒆𝒓! Je sais maintenant que j’ai le choix de te rejeter. J’ai le choix de tourner la situation à mon avantage. Tu n’es que de passage.
J’ai pris le temps de choisir. 𝑶𝒖𝒆𝒑 ! Du temps, il m’en manquait, un peu comme tout l’monde.
Plus maintenant.
Je me suis mise à respirer dans le bas du ventre, toi qui m’a empêchée d’entrer cet oxygène dans mes poumons, bien, c’est rentré en double grâce à toi. 𝘝𝘭𝘢𝘯 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘭𝘦𝘴 𝘥𝘦𝘯𝘵𝘴!
Toi et moi, on vit une relation amour / haine !
Tsé, comme une relation houleuse avec un pervers narcissique. Sournois, virulent, mais qui prouve que l’on mérite mieux que toi.
J’t’haïs toujours et autant par contre.
Mon 𝒈𝒍𝒐𝒔𝒔 a laissé quelques traces sur mon iPad.. Des bisous virtuels c’est pas authentique, moi j’aime l’humain, j’aime l’essence de mes proches...
Mais je me vange en double sur ceux que j'ai mis au monde avec amour et désir. Bon, ils m’ont même dit « 𝘔𝘢𝘮𝘢𝘯, 𝘵𝘶 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘢𝘪𝘮𝘦𝘴 𝘵𝘳𝘰𝘱 »! Avoue, ils sont tellement à plaindre. Pas trop de pitié, svp!
J’ai remarqué que t’as fais ressortir l’animosité chez certaines personnes. J’ose plus choisir mes pommes à l’épicerie, je prends ce qui me tombe sous la main, poqué ou pas. J’ai beaucoup trop peur du jugement qui me guette à 2 m. Imagine comment c’est compliqué ouvrir mon sac de fruits, j’y passe 15 minutes, j’ai même 𝑮𝒐𝒐𝒈𝒍é : « 𝘤𝘰𝘮𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘰𝘶𝘷𝘳𝘪𝘳 𝘳𝘢𝘱𝘪𝘥𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘶𝘯 𝘴𝘢𝘤 𝘥𝘦 𝘱𝘭𝘢𝘴𝘵𝘪𝘲𝘶𝘦 𝘴𝘢𝘯𝘴 𝘴𝘦 𝘭é𝘤𝘩𝘦𝘳 𝘭𝘦𝘴 𝘥𝘰𝘪𝘨𝘵𝘴 ». Faut l’faire. Je sais, je devrais avoir des sacs réutilisables. Je te promets, t’inquiète, je m’en achète cette semaine.
Mais tu m’as permis de connaître des gens fiers de leurs créations. Des artistes avec un talent démesuré venant des 4 coins du Québec. Ces entrepreneurs qui voulaient se faire voir et quand t’achètes d’eux, ça sent l’espoir, le bonheur.
Tu as su montrer la beauté de cette Terre qui souffrait de nos mauvais choix. Je sais, tu penses à mes sacs de plastique, j’te l’ai promis plus haut. J’ai une auto électrique, ça compte, non ?
Sans aucune pudeur, tu as mis à pied des pères de famille qui apportent la nourriture sur la table, mais grâce à toi, tu as fait briller des métiers qui méritaient depuis longtemps d’être mis en lumière dans notre système. Ils sont nos héros, sans aucun doute. Du fond du cœur, je les remercie. 𝕍𝕣𝕒𝕚𝕞𝕖𝕟𝕥!
Tu m’as crié dans les oreilles que j’étais pas essentielle, mais je suis convaincue du contraire, j’te l’prouverai car je sais que chaque cliente qui passera la porte de mon commerce se sentira heureuse de me retrouver et que j’amplifirai leur estime grâce à mon talent.
𝑩𝒚 𝒕𝒉𝒆 𝒘𝒂𝒚, mes gants et mes masques sur mes étagères ont servi à aider d'autres travailleurs dans le besoin, comme j’étais pas essentielle ... c’était un devoir.
T’as enlevé sans scrupules une des plus belles expressions sur les visages des gens. T’as masqué la plus belle marque d’accueil. T’as créé l’isolement chez les personnes ayant le plus besoin de communiquer sur les lèvres. C’est inhumain faire ça, on le dit toujours, la communication est à la base de toute relation.
𝔽𝕣𝕒𝕟𝕔𝕙𝕖𝕞𝕖𝕟𝕥!
J’t’en veux parce tu as fait souffrir des enfants et des femmes dans leur foyer en quarantaine! J’espère que t’as honte. Par chance, mon gouvernement a pris la décision d’alléger leur souffrance. Même si plusieurs ont jugé haut et fort sa décision, sache que chacun d’entre nous a le choix. Assume le tien et respecte les autres.
𝓣𝓾 𝓯𝓪𝓲𝓼 𝓬𝓱𝓲𝓮𝓻 !
Par une force fantôme invisible, tu as mis fin à des vies. Tu as mis fin à des entrepreneurs sans même qu’ils se préparent. Tu as su éteindre des rêves, des ambitions profondes.
𝑭𝒖𝒄𝒌 à toi.
Je sais que les consommateurs de nos services en beauté comprendront qu’on a souffert d’un vide sans précédent. Qu’on doit protéger nos vies, et les leurs ! Qu’on devra diminuer notre productivité par la distanciation des rendez-vous, qu’on devra se procurer du matériel de protection hors de prix.
Et on le fera, car on est des professionnels qui respectent les règles sanitaires, c’est d’une importance capitale. Mais ces règles laissent un précédent financier, un manque à combler. Et même si je choisis d’offusquer ou de déplaire, mes prix seront en conséquence de notre nouvelle réalité et c’est important de se respecter si on veut les servir pour plusieurs années à venir.
J’ai pus vraiment de mots pour toi. Par contre, la dernière chose qui sera pour moi libératrice, même si ma mère ne serais pas fière d’entendre ceci, c’est ...
𝑴𝒂𝒏𝒈𝒆 𝒅’𝒍𝒂 𝒎𝒂𝒓𝒅𝒆! Tu mérites pas de vivre, ta place n’est pas parmi nous.
Ici, on se tient, aujourd’hui et pour demain.
𝑪𝒊𝒂𝒐 ma belle!
*partage si tu es dans le domaine de la beauté et des soins personnels, garde espoir, sois fier d’être un service qui apporte une bouffée d’assurance à ta clientèle. Chacun d’entre nous doit standardiser ses prix afin de continuer d’exister.
Honore ton métier! Sois solidaire !
𝙋𝙖𝙧𝙩𝙖𝙜𝙚 𝙩𝙖𝙣𝙩 𝙦𝙪𝙚 𝙩𝙪 𝙙é𝙨𝙞𝙧𝙚𝙨 !
𝙏𝙚𝙭𝙩𝙚 é𝙘𝙧𝙞𝙩 𝙥𝙖𝙧 𝘾𝙝𝙖𝙣𝙩𝙖𝙡𝙚 𝘾𝙤𝙧𝙗𝙚𝙞𝙡, 𝙛𝙞è𝙧𝙚 𝙥𝙧𝙤𝙥𝙧𝙞é𝙩𝙖𝙞𝙧𝙚 𝙙𝙚 𝙋𝙪𝙧𝙚 𝘾𝙤𝙪𝙡𝙚𝙪𝙧