Panier d'achats

Votre panier est vide

Continuer de magasiner

𝑻𝒖 𝒔𝒂𝒗𝒂𝒊𝒔 ç𝒂? 𝑳’𝒊𝒏𝒕𝒆𝒍𝒍𝒊𝒈𝒆𝒏𝒄𝒆 𝒆𝒔𝒕 𝒅𝒊𝒓𝒆𝒄𝒕𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒓𝒆𝒍𝒊é𝒆 𝒂𝒖 𝒅𝒊𝒑𝒍ô𝒎𝒆 𝒖𝒏𝒊𝒗𝒆𝒓𝒔𝒊𝒕𝒂𝒊𝒓𝒆 ?

de Chantale Corbeil |

Ben non, penses-tu vraiment que je crois à ça ?
Mais c’était le titre par excellence pour vous intégrer la présentation de ses personnes nommées «𝕃𝕖𝕤 𝕓𝕣𝕚𝕤𝕖𝕦𝕣𝕤 𝕕𝕖 𝕣ê𝕧𝕖». Ceux qui croient que d’être des travailleurs de la beauté ça ne vaut pas grand-chose. Au départ, mon titre aurait été `` 𝕝'𝕖𝕤𝕥𝕚𝕔𝕙𝕚𝕖𝕟𝕟𝕖 𝕤𝕒𝕟𝕤 𝕔𝕖𝕣𝕧𝕖𝕝𝕝𝕖`` mais c’est un peu 𝒓𝒐𝒖𝒈𝒉 pour une maman qui prône le bon vocabulaire à ma progéniture. C’est comme dire «𝚓𝚎 𝚟𝚎𝚞𝚡 𝚙𝚎𝚛𝚍𝚛𝚎 𝚍𝚞 𝚙𝚘𝚒𝚍𝚜, 𝚖𝚊𝚒𝚜 𝚓'𝚊𝚒 𝚞𝚗𝚎 𝚜𝚘𝚕𝚒𝚍𝚎 𝚊𝚍𝚍𝚒𝚌𝚝𝚒𝚘𝚗 à 𝚕𝚊 𝚌𝚛è𝚖𝚎 𝚐𝚕𝚊𝚌é𝚎». C’est contradictoire. Bref, ils ne sont pas sur 𝒇𝒂𝒄𝒆𝒃𝒐𝒐𝒌 donc j’ai une latitude où que je puisse me l’permettre un tantinet en toute franchise. Ça m’pèse à l’esprit tous ces préjugés face à notre métier du monde de la beauté. Je parle en connaissance de cause.
𝑭𝑰𝑹𝑺𝑻, une chose que je veux t’partager, pour moi un éboueur vaut autant à mes yeux qu’un médecin. C’est 𝒄𝒍𝒊𝒄𝒉é de comparer ces deux métiers, mais c’est rapide à comprendre. Tout le monde mérite le même traitement dans la vie, c’est pas ton salaire ou ton titre qui te rend meilleur. Ça change 𝑭𝑼𝑪𝑲 𝑨𝑳𝑳 à ta personne. T’es 𝒉𝒐𝒕 𝒐𝒖 𝒍𝒐𝒔𝒆𝒓 par tes valeurs humaines, c’est tout. Rappel toi le 𝒄𝒐𝒐𝒍 du secondaire, qu’est-ce qu’il est devenu aujourd’hui ? ⓋⓄⒾⓁÀ, prends-toi pas pour un autre.
Imagine ta cour avec tous ces sacs bruns devant ta maison si t’avais pas la chance d’avoir des gens aussi dévoués pour prendre tes déchets aux 2 semaines! Par curiosité, sur 𝒈𝒐𝒐𝒈𝒍𝒆, j’ai voulu m’inspirer pour lui donner un nom valorisant, mais j’ai eu les yeux en orbite quand je suis tombée sur é𝓬𝓻𝓪𝓼𝓮-𝓶𝓮𝓻𝓭𝓮. 𝗘𝗨𝗛 𝗠𝗜𝗡𝗨𝗧𝗘. Un peu de reconnaissance quand même ! Moi je déclare officiellement le métier de vidangeur : 𝕄𝕒î𝕥𝕣𝕖 𝕖𝕟 𝕘𝕖𝕤𝕥𝕚𝕠𝕟 𝕕𝕖 𝕝𝕒 𝕗𝕣𝕒î𝕔𝕙𝕖𝕦𝕣! Élégant non ?
Mais j’dois te dire qu’on a entendu beaucoup de bavardages désobligeants à notre égard. Je suis certaine que d’autres quarts de métier se reconnaîtront. Nous, les nons essentiels, les pros de la beauté, on n’est pas qu’un métier manuel. On doit gérer des employées, apprendre les rudiments des réseaux sociaux, faire nos commandes, se mettre à jour dans nos formations, optimiser notre boutique en ligne, tenir sa comptabilité à jour, faire du 𝒄𝒐𝒍𝒅 𝒄𝒂𝒍𝒍, …..
Puis, si une journée tu 𝒇𝒆𝒆𝒍 moins, ben , t’es au poste pareil. Je n’ai JAMAIS 𝒄𝒂𝒍𝒍é malade. Je n’ai pas de journées de maladie ! Après mes trois accouchements, j’étais fidèle au poste la semaine d’après, la peur m’envahissait de perdre mes clientes. On est mal faite parfois. Cette culpabilité nous fait faire des choix douteux.
J’ai demandé à quelques consœurs du métier de m’énumérer leurs propos assassins qui leur ont été dits lorsqu’elles ont exprimés leur désir d’entreprendre leur carrière en beauté. Honnêtement, leurs témoignages m’ont confirmé que la pollution verbale existe.
J’te fais l’topo rapide.
 « T’es tellement chanceuse, c’est facile ton métier, tu n’as pas besoin d’aller à des réunions stressantes tu fais juste 𝒃𝒆𝒖𝒓𝒓𝒆𝒓 du monde avec d'la crème »
 « C’est les filles qui ne sont pas bonnes à l’école qui vont en esthétique et en coiffure. »
 « Tu peux ben aller en voyage, au prix que tu vends tes crèmes. »
 « À l’époque, ma belle-mère m’a demandé de l’a rencontré. Elle m’a dénigrée par mon choix d’études et elle m’a clairement avisée de ne pas influencer son fils dans ses choix. »
 « Tu arraches des poils toute la journée puis tu pètes des boutons. C’est pas ben dur. »
 « Tu viens de 𝒔𝒄𝒓𝒂𝒑𝒑𝒆𝒓 ta vie en ne renouvelant pas ta licence, ça va t’apporter quoi ton petit 𝒉𝒐𝒃𝒃𝒚 ? »
 « Monsieur, votre femme fait quoi dans la vie ? Maquilleuse ! (silence) Hum, êtes-vous certain que c’est ce que j’écris pour l’ouverture de votre compte hypothécaire? »
Heille ......
𝗟𝗘 𝗧𝗢𝗣 𝟭
 « J’ai choisi d’envoyer mon enfant de 7 ans à l’école privée. J’ai eu le malheur de dire à la maman de l’ami de mon fils que je suis esthéticienne. Elle ne veut plus que les garçons jouent ensemble et ne m’adresse plus la parole. »
Elle doit péter des paillettes elle!
𝗙𝗥𝗔𝗡𝗖𝗛𝗘𝗠𝗘𝗡𝗧!
Oui, certains se reconnaîtrons, d’autres seront 𝒇𝒍𝒂𝒃𝒆𝒓𝒈𝒂𝒔𝒕𝒆𝒓 par ce méprit qui nous a été infligé.
On n’est pas des marchés aux puces. On ne veut pas se faire barguiner. Il y en aura toujours des ongles a 25$ et d’autres a 60$ , mais tu choisis ou pas d’avoir des champignons, ça t’appartient. (𝑩𝑼𝑹𝑲)
As-tu déjà négocié ton Big Mac , j’espère que non, ben c’est la même chose pour moi. Si je veux te servir encore pour des années à venir, je dois me respecter. Oui, je sais, j’ai l’air de m’plaindre, mais j’te jure que j’trippe solide dans ma carrière. Parle-moi de sourcils, t’es encore là demain. Parle-moi de l’humain et c’est certain qu’on connecte ensemble.
Ce n’est pas une question d’intelligence non plus. J’ai toutes mes matières fortes à l’école, j’ai gagné des méritas pour mes excellentes notes. J’adore apprendre ! Je suis convaincue que le bonheur se trouve ailleurs que sur un bout de papier avec le sceau doré.
Alors, «𝕃𝕖𝕤 𝕓𝕣𝕚𝕤𝕖𝕦𝕣𝕤 𝕕𝕖 𝕣ê𝕧𝕖» j’ai une chose à te dire. Merci ! 𝐎𝐔𝐈, tu as bien lu. Merci d’avoir terni certains espoirs. Les pros de la beauté seront sans doute derrière moi pour affirmer que ça nous a donné la force de briller.
Mais avant que j’te quitte, juste au cas où qu’on ne sait pas compris, la prochaine fois garde tout de même ton opinion méprisant pour toi. Économise ta salive pour des commentaires éclairés, parce que c’est aussi ça l’intelligence. Et soigne ton langage, ce n’est pas 𝕖𝕤𝕥𝕙𝕚𝕔𝕙𝕚𝕖𝕟𝕟𝕖, c’est 𝒆𝒔𝒕𝒉é𝒕𝒊𝒄𝒊𝒆𝒏𝒏𝒆…
𝑻𝒆𝒙𝒕𝒆 é𝒄𝒓𝒊𝒕 𝒑𝒂𝒓 𝑪𝒉𝒂𝒏𝒕𝒂𝒍𝒆 𝑪𝒐𝒓𝒃𝒆𝒊𝒍
PARTAGE à partir de cette page 🙌

Commentaires (0)

Laisser un commentaire